Terrorisme scientifique

Mercredi 8 avril – Il est des termes qui ont un pouvoir exceptionnel, ne devrions-nous pas nous en méfier ? Le premier est celui de ‘terroriste’. Quand on qualifie quelqu’un de terroriste, on s’autorise à lui faire subir une justice d’exception, quand pour le neutraliser on n’a pas préféré l’abattre plutôt que de le capturer. C’est très utile, on commence par qualifier son ennemi ou opposant de terroriste, et on s’autorise tous les coups y compris les pires crimes de guerre. L’Iran est un pays terroriste aux yeux des Etatsuniens et les Etats-Unis sont un pays terroriste aux yeux des Iraniens. Chaque fois que j’entends prononcer ce terme de terroriste, je le remplace par humain.

Il est un autre terme déresponsabilisant, c’est celui de scientifique. Les scientifiques nous disent « bla bla bla » alors nous décidons de faire « bla bla ». Tant qu’ils parlent de sciences, ils sont experts, mais quand ils sortent de leur domaine, leurs opinions ne valent pas plus que les autres. Les papiers qu’ils publient sont aussi riches en hypothèses, réserves et exclusions qu’un contrat d’assurance. Leur pensée ne se résume pas en quelques phrases.

Le professeur Raoult est probablement un bon médecin, un expert de la relation avec son patient qu’il ausculte et auquel il prescrit un traitement. En revanche, la rigueur scientifique n’est apparemment pas son fort, c’est un piètre scientifique et sa communication dénuée de scrupule est toxique.

Jean Tirolle, prix Nobel d’économie, dans son livre “Économie du bien commun” fait une très nette distinction entre la science économique faite d’analyses et de prospectives d’une part et la politique économique d’autre part. Il est en mesure de dire quels impacts aura telle ou telle politique, il se garde bien de juger de la moralité ou des critères extra-économiques qui mènent à un choix politique.

C’est pourquoi les politiques ont besoins de conseils scientifiques pluridisciplinaires, ou d’autorités indépendantes (ASN pour le nucléaire, etc.), ces conseils n’ont pas vocation à trancher et leurs recommandations se doivent d’être mesurées et argumentées, elles n’ont pas force de loi, elles constituent les fondations d’un ensemble de décisions qui reviennent aux représentants du peuples.

Chacun son métier et les vaches seront bien gardées.

Retrouvez la série de nos chroniques de confinés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *