Etienne ROSENSTIEHL

Né à Corbigny (Nièvre) en 1961, j’ai d’abord fait des études pour être ingénieur agronome puis économiste. De l’agronomie, j’ai gardé un profond goût pour la nature, la nature modelée par la main de l’homme telle que nous la connaissons dans la Nièvre. L’économie m’a appris à observer les relations d’échanges entre les personnes qui peuplent un territoire et c’est toujours à la dimension humaine que je me suis attaché.

J’ai longtemps travaillé dans la finance pour plusieurs groupes bancaires et industriels. Depuis maintenant quatre ans j’ai fait le pari de revenir dans la Nièvre et plus particulièrement à Menou où ma résidence secondaire est devenue principale. Repartant d’une feuille blanche, je suis maintenant dirigeant d’une entreprise innovante dans le secteur du livre et parallèlement, je conserve une activité d’enseignant au lycée professionnel de Varzy.

Ce que je crois
Je suis particulièrement attaché à l’action collective, et aux biens communs. J’ai eu l’occasion d’être conseiller municipal à Corvol d’Embernard, j’ai eu beaucoup de plaisir à mettre à disposition mes connaissances et expériences au service de cette commune.

“Il n’est de richesse que d’homme” et c’est au plus près des gens qui vivent sur un territoire que les actions comptent et peuvent améliorer les conditions de vie. Je crois que nous pouvons cultiver notre jardin et que ce jardin, même dans le contexte difficile dans lequel nous vivons peut encore fleurir.

Je m’engage.
L’action collective exige une grande transparence, rendre service à la collectivité n’a de sens que si ce service est souhaité, compris, satisfait et bien reçu. Le travail de communication que j’ai entamé à Menou avec les site internet et les ateliers numériques, je le continuerai et l’amplifierai. Les Nantivinois saurons quels sont les enjeux du moments et les dossiers en cours, ils seront consultés et écoutés en dehors de tout clanisme et sectarisme.

Certains parlent de monde connecté, de ville intelligente, certes il est utile de pouvoir communiquer avec le monde entier, mais nous savons tous que notre village sera intelligent quand nous écouterons davantage nos voisins que notre télévision, quand notre premier réseau social sera le café-épicerie du village, et quand personne ne se sentira isolé à Menou.

Nous vivons dans un monde qui change. Notre environnement et nos forces sont des atouts que nous mettrons en valeurs pour collectivement en tirer le meilleur. Le courage ne nous manque pas et nous cultiverons notre jardin avec humanité pour que toutes les générations y trouvent un cadre de vie agréable et apaisé.

retour à ‘La rédaction’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *