Les plus fragiles

Vendredi 17 avril – Dans son allocution télévisée lundi dernier, le chef de l’Etat a envisagé le retour progressif au travail et la réouverture des écoles à partir du 11 mai.  Emmanuel Macron a, dans le même temps, annoncé que les personnes âgées ou les malades chroniques auraient à prolonger encore leur confinement. Renvoyant aux annonces concrètes dans une quinzaine de jours, les modalités pratiques de cette prolongation.

A vrai dire, un flou total entourait cette prolongation. Confinement obligatoire ou simplement conseillé ?

Rien n’était clair. D’autant que mercredi, le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy avait donné devant la commission des lois du Sénat un chiffre du public ciblé. 18 millions de Français seraient concernés. Des personnes âgées au-dessus de 65 ou 70 ans, celles ayant des affections de longue durée ainsi que « des sujets jeunes ayant une pathologie, mais aussi obèses ».   

On comprend bien les raisons médicales (risques pour les personnes désignées dans cette liste d’être contaminées et de développer des formes graves du Covid-19) qui conduisaient à envisager cette prolongation du confinement.

Mais très vite, à cause de problèmes juridiques voire constitutionnels, cette hypothèse d’une prolongation obligatoire du confinement pour certaines parties de la population a pris du plomb dans l’aile.

Même l’Académie de médecine a considéré que l’évaluation du risque encouru était difficile (quel âge, quel degré de pathologie pour les personnes à risques ?)  Et a jugé que la seule hypothèse réaliste serait des recommandations en excluant une réglementation contraignante.   Ce qui explique sans doute cette précision tardive du Pr. Delfraissy, expliquant que c’est sur une base volontaire que les personnes à risques resteraient confinées.

Une bouffée d’air. Même si, il faut le rappeler, ce n’est pas lui qui décide. Mais les responsables politiques.

D’ailleurs on a pu lire vendredi une précision venue de l’Elysée. Dans un communiqué, le président de la République a écarté le confinement obligatoire après le 11 mai et en a appelé « à la responsabilité individuelle » de chacun dans le cadre du déconfinement. Il était vraiment temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *