Que peut-on attendre de l’État ?

Lundi 20 avril – L’émission l’Esprit public d’hier et l’allocution d’Edouard Philippe m’ont poussé dans mes retranchements quant à mon attente des autorités. Le Président de la République, le Premier Ministre, le gouvernement ont des pouvoirs limités, ils ne peuvent pas tout. Leurs pouvoirs sont attachés à des mandats précis, à des responsabilités précises et nous avons choisi, dans la Constitution, de mettre des limites à ces pouvoirs comme à ces responsabilités.

La crise sanitaire que nous traversons est très grave. Dans une logique purement médicale, il pourrait être pertinent de déconfiner les jeunes et de conserver en confinement les personnes à risque élevé comme les personnes âgées, celles atteintes de pathologies chroniques voire même les hommes qui sont plus à risque que les femmes. C’est alors que survient le problème des pouvoirs limités de nos gouvernants. L’égalité est une valeur essentielle de la Constitution, ils n’ont pas le pouvoir, nous ne leur avons pas confié le pouvoir, de traiter différemment une personne supposée saine et une personne supposée à risque. Si le gouvernement ne peut le faire, qui peut ? Personne. Et pourtant la logique médicale semble le recommander. Si nous avons choisi de ne pas accorder ce pouvoir aux gouvernants, c’est que nous avons gardé cette liberté pour tous d’exiger une règlementation non discriminante. Ainsi c’est aux plus fragiles, aux personnes à risque de prendre l’initiative de leur confinement et c’est une obligation des gouvernants de leur offrir avec ce choix, notre solidarité et ce faisant de les protéger. Il pourrait y avoir des abus mais dans ce type de cas, les abus coûtent généralement bien moins chers que ne coûteraient des mesures accordant trop de pouvoir à un gouvernement qui n’a été ni organisé, ni préparé à exercer les responsabilités qui iraient avec de tels pouvoirs.

Quel lien avec Menou ? Réfléchissons aux limites du pouvoir, des responsabilités et des compétences de nos élus communaux, communautaires, départementaux, régionaux et nationaux. Il nous revient le pouvoir et donc la responsabilité d’agir en citoyens d’une communauté nationale à repenser et reconstruire à tous les étages.

Retrouvez la série de nos chroniques de confinés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *