La boite de Pandore

Vendredi 8 mai – N’y voyez pas une obsession. C’est juste un coup de gueule dont j’use si peu ici pour pouvoir, je crois, me le permettre.

Je trouve la concession faite au lobby des plagistes et aux élus qui les soutiennent avec cette réouverture conditionnelle des plages (après le 11 mai et avant le terme initial du 2 juin) proche d’une capitulation en pleine mer.

Certes, elle reste subordonnée à demande aux préfets qui apprécieront en fonction des situations locales. Mais soit la prudence continue à s’imposer, soit on opte pour des règles sanitaires à géométrie variable.  La plage n’est en effet pas un excellent exemple de distanciation sociale. Ce serait même, à mes yeux, l’exact contraire. Et on ne me fera pas croire qu’une fois rendues accessibles, ceux qui se rendront sur ces plages se contenteront simplement d’y passer. 

J’imagine donc que les maires qui ont plaidé la réouverture avec un sens aigu de leurs responsabilités, ont prévu des « horodateurs » pour prévenir une proximité excessive quand les côtes seront bondées. Ce qui ne manquera évidemment pas de se produire.

Retrouvez la série de nos chroniques de confinés.

Une réponse sur “La boite de Pandore”

  1. Cher François
    Mon coup de gueule peut aisément rejoindre le tien
    En effet je suis contente de n’être plus directrice d’ecole qui se retrouverait en face d’une situation « dangereuse » mais qui in fine ne serait en rien responsable du moindre dérapage mettant en cause la santé soit des enseignants soit du personnel territorial et bien sûr celle des enfants puisqu’elle n’est qu’une exécutante des « ordres » de sa hiérarchie.
    Donc mon incompréhension , face à l’attitude des maires de communes du littoral, qui seront bien évidemment en première ligne si soucis particuliers . En même temps , il y aura toujours « un lampiste » pour finalement être responsable ( ce n’est pas moi c’est lui ….)
    Je me dis qu’avoir fait collectivement autant d’efforts, et c’etait bien normal , « tout ça pour ça »!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *