Frontières

Vendredi 22 mai – Parmi les absurdités qui ont émaillé la gestion de la crise sanitaire, il en est une qui restera dans les anthologies comme superbe exemple de concession aux fausses certitudes identitaires : la fermeture durable et sans concertation, à la mi-mars, des frontières intra-européennes.

Absurdité d’abord parce que le Covid-19 comme le nuage de Tchernobyl, ne s’arrête pas aux postes de contrôle. Ensuite, en regard de leurs conséquences, la rationalité de ces décisions prises par un nombre considérable d’Etats de l’Union est très flottante.

Elle repose sur une représentation biaisée des réalités de terrain.  Aux frontières en Europe, la porosité entre les pays est totale. Tout circule :  les personnes, les idées, les marchandises et même l’argent. Ces zones sont des bassins de vie par-delà les frontières.

A titre d’exemple, en Alsace et en Lorraine, des dizaines de milliers de travailleurs passent chaque jour la frontière pour aller travailler en Allemagne ou en Suisse. C’est resté possible après le confinement, mais rendu délibérément très compliqué, notamment à cause des files d’attente.

Heureusement une réouverture très progressive des frontières a maintenant débuté.  Mais comparée à nombre de ses voisins, la France, d’abord indignée de ces fermetures en cascade, traine désormais les pieds…

Enfin, prétendre tout arrêter relève du délire tant, et depuis longtemps, les vies quotidiennes sont formidablement imbriquées en Europe. C ’est, à l’évidence, « un danger pour le projet européen tout entier » comme le dit Roland Ries, maire de Strasbourg.

Dans cette logique faussement protectrice, pourquoi ne pas avoir réinstallé une frontière entre Menou et Couloutre ? Nous nous serions sentis sans doute mieux défendus contre le virus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *